Kodoma une festivité culturelle propre à la région. Les perles, Les parures, Les tresses, Les sonorités du tambour font partie des ingrédients qui composent la sauce de cette festivité très significative et sa recette renferme des formules culturelles séculaires. Gounou Gaya est en pleine éruption festive avec Kodoma, le festival qui célèbre les cultures de ce peuple et qui se moque des frontières intégrant les frères du Cameroun et du Nigeria.

Cette rencontre est un rendez-vous de réflexion autour des sujets qui porte des enjeux très important impliquant le développement de la localité et ainsi améliorer les conditions sociales présentes et futures du peuple de cette société. Le contenu de cette festivité est programmé par le thème choisit qui souvent dénonce les pratiques illicites qui détournent la jeunesse des voies de progrès.  La danse était très présente  pendant cette festival, et elle ne fait que témoigner de l’oralité de la littérature africaine car les pas de danses contre le sol poussiéreux accompagné des mouvements traduisent un langage corporel qui exprime toute une philosophie ancestrale enraciné sur ces terres et ramifiés par ses pratiques depuis de générations. Bravo aux membres de l’association pour la promotion de la culture moussey pour l’organisation.

Texte et photo – Salma Khalil